[Edito] Recyclage de l’économie locale

Pour nous Lycéens, la ville d’Autun nous parait figée et sans avenir. Nos perspectives universitaires et professionnelles se dessinent loin de la cité éduenne. Mais, en réalité, il existe une réelle économie locale allant de l’artisanat d’art avec l’atelier « La beauté est fragile » du sculpteur Jean Gazdac, à la firme transnationale DIM, tout récemment rachetée par un fonds de pension américain. Sous nos yeux, sans que l’on y prête attention, se développent deux entités aux structures économiques très différentes.

Cependant, toutes deux font face aux mêmes interrogations environnementales actuelles. Si pour Jean Gazdac la réflexion est le point de départ de sa démarche artistique, puisqu’il cherche à montrer la fragilité de l’Homme à travers des objets qu’il recycle pour mieux les faire revivre, l’entreprise DIM cherche, quant à elle, à s’adapter aux nouvelles aspirations écologiques avec ses produits « green ». Ainsi, le secteur Recherche et Développement oriente son travail vers ces nouvelles questions. Personne ne peut se soustraire aux questions économiques et environnementales pas même des Lycéens.

Safia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s